LE WATSU

Alors qu’on entend au loin le ressac qui se brise inlassablement sur la côte Coromandel, un beau vieillard mime dans une petite piscine un étrange ballet avec une mince jeune fille, qu’il fait virevolter à sa guise dans l’eau tiède. Un moment elle est à la surface, toute alanguie dans son corps ; l’autre, elle disparaît sous l’eau, telle une ondine qui s’abandonne à son marionnettiste. Nous sommes à Quiet, un centre thérapeutique de médecines naturelles situé à Auroville, la ville internationale près de Pondichéry où quelques milliers de personnes s’essayent à l’unité humaine, tâche ardue s’il en est une. Le beau vieillard s’appelle Harold Dull et c’est le fondateur du Watsu. En Californie, ce nouveau mouvement est en train de devenir plus populaire que le Tai-Chi, ou même le yoga ! Toutes les stars de cinéma veulent faire du Watsu.

Ah, qu’est ce que- le Watsu, diriez-vous ? Le Watsu c’est l’ancienne et très vénérable technique du Shiatsu, méthode thérapeutique japonaise, qui a été adaptée par l’Américain Harold Dull pour l’eau. Le mot watsu, est d’ailleurs formé de la contraction de water et de shiatsu, et désigne donc une forme de shiatsu dans l’eau. En 1987, Harold Dull, alors maître en shiatsu, a une idée de génie : « je me suis dit tout d’un coup, raconte-t-il, lors d’une interview exclusive à Auroville – pourquoi ne pas emmener mes élèves faire leurs étirements shiatsu dans les sources d’eau chaude de Harbin, en Californie du Nord » ? ‘On the spot’, tout à l’improviste, Harold développe alors une nouvelle thérapie fluide et languissante, qui se pratique donc dans de l’eau chaude, ou tiède, à la température du corps, combinant mouvements, étirements et balancements. Harold connaissait bien sûr les bienfaits des allongements et des pressions du Shiatsu qui facilitent la circulation de l’énergie, mais avec l’eau, il découvre une autre dimension d’enveloppement et de porté, ‘au-delà du touché’. « Le professeur,, explique-t-il, doit bercer le patient pendant au moins 20 minutes dans une eau tiède, tout en synchronisant sa respiration à celle de son élève ; ainsi, les corps se détendent rapidement au contact de l’eau chaude. ». La beauté de la chose, c’est que la pratique venant, les rôles peuvent être inversés et l’élève peut à son tour faire pirouetter le professeur dans l’eau ; « Il n’y a pas de dominant ni de dominé dans cette technique, sourit Harold Dull, simplement deux êtres humains qui apprennent à se connaître dans cet élément neutre mais primordial qu’est l’eau ».

Alors, comment cela marche-t-il ? Tout d’abord, ce sont ces mouvements doux et sensuels qui détendent les muscles, soulagent les courbatures et relâchent les tissus ligamentaires. Mais le plus important sans doute, c’est que le mental doit faire l’effort de s’abandonner aux manipulations du professeur, sinon le corps est trop rigide et ne peut pas bénéficier de la technique, comme le souligne Harod Dull : « Le Watsu, c est tout simplement un lâcher-prise qui permet d’équilibrer les méridiens à travers tout le corps et d’ouvrir les centres nerveux (chakras dans le système médicinal indien), harmonisant le système énergétique du corps à celui de l’univers ».

Les effets du Watsu sont uniques et varient d’une personne à l’autre. Moi, j’ai essayé dans la petite piscine de Quiet à Auroville, plus par curiosité que par conviction. D’abord, sans aucun doute, l’eau apaise et amène un sentiment de bien-être et de relaxation. Lorsqu’Harold commença à me plonger sous l’eau, qui doit être chaude – 34-35° – muni de flotteurs, et d’un pince-nez m’empêchant d’avaler l’eau, je sentis immédiatement que mes mouvements devenaient plus faciles, plus fluides et plus amples. Une fois mes dernières craintes évanouies, Harold commença à imprimer à mon corps des étirements sous-marins, qui m’avait-il prévenu auparavant allaient favorisent la libre circulation de l’énergie le long de mes méridiens. Alors que le rythme de nos deux respirations commençait à s’accorder, il alterna des mouvements de bercement ou d’étirement et des pressions sur mes centres nerveux, avec parfois, des temps de calme où il semblait à l’écoute de mon corps. J’eus la sensation d’une extraordinaire liberté de mouvement et ressentis alors les bienfaits de la détente, de la relaxation, du fameux « lâcher prise ». Ce fut une expérience forte, qu’Harold valida après coup : « Si vous savez vous ouvrir, vous irez à la découverte de votre être intérieur et vous ferez l’expérience d’un état méditatif et intuitif »…

Bien sûr, on ne peut s’empêcher de faire le rapport avec la position du fœtus, car la connexion entre l’eau et l’origine de la vie est incontestable dans cette technique watsu. Certains régressent donc volontairement à un souvenir –ou une imagination – du ventre de leur mère, ce qui amène des expériences inhabituelles et des guérisons souvent inattendues. Le massage dans l’eau chaude renvoie d’ailleurs aux soins maternels reçus dans l’enfance,

Cette méthode de relaxation connaît donc un grand succès aux Etats-Unis ou en Angleterre et fait de plus en plus d’adeptes en Europe. Car pour Harold : « regardez les gens dans le métro : chacun est enfermé au dedans de soi-même, un casque sur les oreilles, ce qui réduit le contact avec l’autre. Le watsu permet ces retrouvailles avec son propre corps et avec celui d’autrui ». Aux Etats-Unis, il est aussi pratiqué par les femmes enceintes, les autistes, les handicapés et les personnes en rééducation ou souffrant de problèmes de dos. Certains médecins l’utilisent même comme un complément à leur méthode de guérison. Mais on ne guérit rien uniquement par le watsu, sauf le stress, « qui est quand même la maladie du XXIe siècle », surenchérit Harold.

Pourtant, la pratique du watsu reste encore marginale en France. Pourquoi?
D’abord, parce qu’il n’existe pas encore assez de centres dédiés à cette discipline! Ensuite parce qu’on recense très peu de sources chaudes ici, alors qu’elles existent en Suisse, Belgique ou même au Royaume-Uni. De plus, à Paris, par exemple, on trouve peu de piscines de kiné, même s’il y a la possibilité de s’initier au watsu dans quelque spa ou centres de thalasso. Mais à cause de ce manque, les formateurs en watsu ne peuvent que rarement animer des séances et des stages de formation en France et partent s’installer à l’étranger. C’est pour remédier à cela qu’a été créée une association France Watsu (voir encadré)

Il y a malheureusement eu quelques abus, comme d’habitude : des hommes et des femmes qui se posaient en ‘professeurs de Watsu’, sans avoir de vraie formation professionnelle ont ouvert des centres pignon sur rue. Harold s’en indigne : « Effectivement, le watsu a souffert de détournements malheureux. Il est arrivé que certaines personnes l’utilisent à mauvais escient, en y intégrant une dimension sexuelle. L’association vise justement à éviter ces dérives. Seuls les formateurs diplômés en watsu pourront se présenter comme tel et l’enseigner en France ». Il existe déjà des dizaines d’associations watsu de par le monde. Elles sont toutes regroupées au sein de la fédération WABA, basée aux Etats-Unis. Toutes organisent des stages de formation et des séances pour ceux qui pressentent que cette nouvelle méthode dé-stressante possède quelque chose d’unique.

François Gautier

Encadré

Pour le moment, ils ne sont que quelques centaines en France à s’être adonnés au watsu. Mais on espère que de plus en plus de Français vont découvrir ce nouveau secret du Bien-Être. La première assemblée générale constitutive (AGC) Watsu France s’est tenue le 8 mai 2008 à Paris. Cette association a pour objet « de favoriser, développer et promouvoir – des actions et des activités dans un champ d’intervention artistique, culturel, éducatif et social lié au Watsu et aux autres formes de travail corporel, aquatique ou pas, ainsi qu’aux autres techniques de travail corporel reconnues par un programme de formation de la Worldwide Aquatic Bodywork Association (WABA) ». Elle a également entrepris la formation des hommes et des femmes, l »eurs participations à la pratique culturelle, sportive (comme par exemple la danse et la danse aquatique, le stretching, le yoga et le yoga aquatique, ou le tai chi traditionnel, le tai chi aquatique) ou éducative, voire aussi la possibilité de leur insertion sociale et/ou professionnelle ». Les membres du Bureau en sont le Président: Philippe Quillien, la Secrétaire: Hélène Tanguy et la Trésorière: Sylvie Laurenson. Le Comité directeur a désigné Georges Künzler pour représenter Watsu France auprès des instances internationales du Watsu.

Les membres de l’association Watsu Paris partagent le rêve du créateur du Watsu, Harold Dull, « de développer et de démocratiser la pratique de la relaxation et du massage en eau chaude ». Praticien de Watsu et de Water Dance (sous l’eau), instructeur de Watsu, président de Watsu France et de Watsu Paris depuis leur création, Philippe Quillien propose ainsi dans un bassin d’eau chaude du 12e arrondissement, plusieurs samedis ou dimanches par mois, des séances individuelles de Watsu et de Water Dance ou des cours d’introduction au Watsu.
5 rue des Patriarches, 75005 Paris. Tel 0667461807. Mail : QuillienP@wanadoo.fr

Pour plus de renseignements, allez sur www.watsu.fr.
Contact: silvia.bellei@free.fr

François Gautier

Glossaire du Watsu

AUDITION
Le terme audition (auditeur) définit un cours refait par un étudiant pour la deuxième fois.
La participation à un cours comme auditeur doit être fixée d’un commun accord avec l’instructeur responsable du cours.

AQUATIC BODYWORK (Travail corporel aquatique)
Par le terme travail corporel aquatique on entend toutes les pratiques qui se déroulent dans un milieu aquatique, en immersion ou non, dans le but d’obtenir des conditions de relaxation, tonification, réhabilitation, thérapie et tout ce peut améliorer les conditions de vie de l’individu qui les pratique, soit sous forme active que passive.
Le Bodywork Aquatique peut se dérouler individuellement ou en groupe, par l’action, le support ou l’aide d’un thérapeute ou un prestataire (Bodyworker Aquatique).

AQUA WELLNESS
Technique aquatique qui intègre le watsu avec l’expérience de l’immersion en apnée et qui, avec une harmonie de mouvements doux, bercements, étirements et ondulations permet d’explorer le silence méditatif de l’écoute intérieure et la joie de l’absence de gravité avec un accord dans les temps d’immersion et de respiration, dans une intégration totale entre offrant et receveur.

ÉLECTIVES
Les classes électives sont tous les cours qui dérivent du watsu et explorent des modalités particulières de se trouver dans l’eau.

ÉTUDIANT
Est étudiant de Watsu quiconque a commencé un parcours de formation watsu en participant à au moins un cours d’introduction. (Basic Watsu)

FREE FLOW (Flot libre)
Modalité de watsu qui est explorée pendant le cours de Watsu 3. Le corps du receveur est accompagné à explorer l’eau en laissant la place aux mouvements spontanés, lesquels intégrés en mouvements harmonieux, construisent une danse qui implique le corps et les émotions.

HEALING DANCE
Technique aquatique mise au point par Georgeakopoulos et Inika Sati Spencer qui intègre le watsu avec des mouvements de flottaison en transformant la séance en une danse fluide et douce dans en et dehors de l’eau. Dans un flux sans fin sont entrelacés des étreintes tranquilles, relâchements, extensions, transitions fluides et massages, qui avec leur pouvoir complémentaire libèrent les blocages énergétiques.

HEART-BODY WAVE
Modalité avancée de watsu enseignée par Harold Dull pendant le cours de Watsu 4 en relation avec les secousses qui occasionnellement traverse le corps pendant une séance.

INNER WATSU (Watsu intérieur)
Cours ou l’on aborde le Watsu d’une manière psychologique et explore les implications émotionnelles possible d’une séance de Watsu.

INTERNE
Est définie interne la troisième participation à un cours. (auquel on a déjà participé en qualité d’étudiant et d’auditeur) La participation à un cours en tant qu’interne doit être fixée d’un commun accord avec l’instructeur responsable du cours.

INSTRUCTEUR
Est instructeur watsu le praticien qui, possédant les qualités requises, a fréquenté le cours de formation pour enseignant watsu géré par WABA et qui résulte inscrit dans le Registre International des enseignants de WABA.

JAHARA TECHNIQUE (Technique Jahara)
Technique dérivée du watsu et mise au point par Mario Jahara qui, avec l’aide de frittes (nouilles) et de mouvements actifs et passifs, favorise une amélioration de la structure corporelle et un assouplissement des articulations spinales et de la structure musculo-squelettique.

LOG-BOOK (Livre de Bord)
Le Log-Book est le journal personnel de l’étudiant/praticien qui lui est remis lors de sa première participation à un cours de watsu, et dans lequel sont enregistrés tous les éléments principaux des pas développées pendant son parcours de formation : stages, cours, sessions, révisions, certifications, etc.

PRATICIEN
Praticien de watsu est celui qui a achevé le curriculum de formation et a été reconnu par WABA en tant qu’opérateur formé et préparé pour la pratique auprès du public pour des séances de watsu. Est praticien de watsu l’opérateur qui est inscrit au Registre International des praticiens de WABA.

SÉQUENCE
La séquence se compose d’une série de mouvements en succession harmonieuse entre eux.

SÉANCE
On définit séance la pratique dans l’eau de watsu, avec un offrant (le praticien) et un bénéficiaire. Normalement sa durée est entre 45 et 60 minutes. La durée d’une séance peut varier suivant les accords entre l’offrant et le bénéficiaire, ou, selon les décisions de l’offrant sur la base de l’évolution de la séance.

SHIATSU
Pratique de rééquilibrage énergétique très ancienne née en orient et développée par des maîtres contemporains qui est effectuée par le contacte avec les mains, la pression des doigts sur des points spécifiques et l’étirement des méridiens énergétiques du corps.

TANTSU
Une pratique de bodywork et contacte corporel exécutée au sol, en couple ou par groupe de trois personnes…

Laisser un commentaire

Fermer le menu